Tools:
Tools
Home

Pièges et obstacles

Les petits animaux qui se déplacent au sol comme les hérissons, les grenouilles ou les lézards, sont particulièrement affectés par la fragmentation de leurs habitats par les routes, les endroits asphaltés, les bâtiments et autres infrastructures. Ils se heurtent à des obstacles infranchissables, qu'ils doivent contourner, ou périssent en essayant de traverser des artères larges et très fréquentées. Ils sont donc tributaires de passages sécurisés dans les bordures, les clôtures et les murs, pour pouvoir se déplacer dans le tissu urbain.  

Pour les hérissons, de simples règles s'appliquent aux bordures et aux passages, dont peuvent aussi bénéficier d'autres petits animaux: 

  • Les marches et les bordures ne devraient pas excéder 15-20 cm de haut.
  • Les clôtures devraient présenter un passage d'au moins 10 cm.

Les hérissons peuvent franchir sans problème des marches d'escalier si celles-ci ne dépassent pas 15 à 20 cm de hauteur. Photo : Centre pour hérissons

Les jeunes hérissons ont besoin de plus petites distances ou de marches intermédiaires pour pouvoir grimper un palier normal. Photo : Centre pour hérissons

Une règle simple permet de garantir des passages pour les hérissons et autres petits animaux : ils ont besoin de passages de la taille du poing (10 cm x 10 cm) pour pouvoir se faufiler. Photo : Centre pour hérissons

Une règle simple permet de planifier les paliers de manière à ce qu'ils soient respectueux des petits animaux : les hérissons peuvent franchir des hauteurs de 15 à 20 cm, ce qui correspond à une main écartée. Photo : Centre des hérissons

Évi­ter les pièges

Les mesures ci-dessous permettront d'éviter les pièges mortels et d'assurer la survie des animaux sauvages en milieu urbain: 

  • Sécurisation des puits de lumière, d'aération ou de drainage et des descentes de cave.
  • Aménagement de passages pour les petits animaux dans les clôtures.
  • Aménagement de passages (10x10 cm) pour les petits animaux dans les murs et les bordures d'une hauteur supérieure à 20 cm.
  • Sécurisation des bassins à l'aide de sorties pour les amphibiens.
  • Vérification des fenêtres et des vitrages par rapport à la protection des oiseaux et adoption des mesures appropriées.
  • Vérification des combles en ce qui concerne les espèces rares avant les travaux de rénovation ou d'assainissement et, le cas échéant, adoption de mesures de protection ou planification de mesures de remplacement.
  • Sécurisation des cheminées à l'aide de grillages ou de capes de cheminée.

    Un filet à mailles serrées sécurise ce puits pour les amphibiens et autres petits animaux migrateurs. Photo : M. Di Giulio

    Bordure abaissée pour les amphibiens en migration en ville de Lausanne. Photo : M. Di Giulio

    Construc­tion en verre

    Les constructions en verre jouissent d'une grande popularité, mais constituent un grand danger pour les oiseaux. Les collisions sont fréquentes avec des fenêtres, des balcons et d'autres éléments en verre sur les bâtiments et les infrastructures. Les victimes sont aussi bien des espèces fréquentes que des espèces rares ou menacées. En Allemagne, on estime les nombre de collisions avec le verre à 100-115 millions par an. Bien qu'on ne dispose d'aucun chiffe précis pour la Suisse, on peut supposer que le nombre de collisions y est également très élevé, en particulier dans les zones densément peuplées. La brochure Les oiseaux, le verre et la lumière dans la construction explique les principales mesures à prendre pour prévenir les collisions d'oiseaux avec le verre.

    Cet autour s'est brisé le cou en percutant une fenêtre. Photo : fornat AG

    Grâce au verre de protection contre les oiseaux BIRDprotect, la cage d'escalier de l'immeuble d'habitation FELZ ZWEI ne présente plus aucun risque de collision pour les oiseaux. Photo : VBAU Architektur AG

    Aides

    Bibliographie

    Pièges

    Oiseaux et verre

    Problèmes autour des bâtiments: